Masques Gouro

Masque Zaouli

Djelalou Zaouli, littéralement Zaouli, fille de Djela.

Le Zaouli est né dans les années 1950 en pays Gouro (centre de la Côte d'Ivoire).

Ouinnaila vit à Zrabi Sehifla, en territoire Gouro. Le masque de ce village est Djela. Cet homme va un jour dans un village voisin et observe le boulou, danse pratiquée la-bas. Il s'en inspire pour créer à son retour Zaouli, la fille de Djela. Son premier danseur est Voïzié.

La beauté de Zaouli a poussé les gens à danser et l'a rendue très populaire, puisqu'elle a été adoptée dans tout les villages Gouro puis s'est élargie à tous les ivoiriens.

Le Zaouli est une danse de réjouissance au cours de laquelle le danseur s'exprime par des performances et des prouesses. L'artiste doit alors révéler son talent dans la diversité, l'originalité, la rapidité d'exécution des pas et des figures qu'il réalise. Ne pouvant jamais répéter le même pas sans se discréditer, le danseur s'engage dans un véritable duel de danse.

Il existe un grand nombre de masques Zaouli différents. Il s'en crée sans cesse car il n'existe pas de limite. Chaque masque représente une histoire symbolique qui lui est propre.


Masque Flali



L'histoire de Flali est proche de celle du Zaouli.
C'est une danse des femmes, lors de laquelle le masque se fait toujours accompagner d'une femme, et ils dansent ensemble. Elle est très populaire et il n'y a pas de règles fixes comme dans le Zaouli, elle laisse une plus grande liberté et est ainsi plus accessible. Elle peut se danser lors de n'importe quelle occasion.

Il n'existe ici qu'un unique masque, qui représente la beauté du pan.

Ses premiers créateurs sont le danseur Joli et le batteur Yélé, vers les années 1975.








Masque Zamblé

 
 
Le masque Zamblé a été inventé par des groupes Gouro appelés Wans. Ils sont les créateurs du Zamblé originel, il y a environ 200 ans, lorsqu'ils étaient installés dans la région de Bouaké.

Il s'agit d'un des premiers masques Gouro, ensuite élargi à tout le territoire ethnique.


Sur lequel sont réalisés les sacrifices, le masque Zamblé est réellement sacré. Il arrive pendant les cérémonies pour qu'elles se passent bien et afin d'assurer une bonne santé à tous, puis il repart en brousse. Il correspond, pour les catholiques, à "un prêtre dans une église".

Zamblé est le seul qui a toutes les paroles, il est équivalent à un dieu dont le prêtre est celui qui fait les sacrifices. C'est la raison pour laquelle la jeunesse Gouro n'oublie pas  Zamblé. Lorsque le prêtre appelle le masque, c'est comme faire une prière pour que tout aille bien.


Zamblé est un masque de grand duel, violent et très risqué ; c'est pourquoi le prêtre l'interdit aux femmes.

Seul ce prêtre connaît le secret des paroles de Zamblé, les danseurs ne font qu'un duel.


Le masque a les cornes d'une antilope et le visage d'un crocodile ; le prêtre est le seul à connaître le sens de ces symboles.








Masque Pawé

Cette danse de réjouissance a été créée à Tibeita (à 25km de Bouaflé) dans les années 1980.

La jeune génération (Balo Bi Irié, Boula Bi Irié,...) a eu l'idée du masque Pawé, puis a été relayée par le clown du village, Baïti Bi Zamblé, qui fit évoluer le mouvement avec l'aide de Layé Bi Lizié (dit Jolo). Cette complicité a réuni tout le monde et a permis aux gens de s'amuser ensemble. Les jeunes et moins jeunes ont désormais un moyen de communiquer. En effet, il n'était pas facile autrefois de s'approcher des plus âgés. Grâce à Pawé, les générations se retrouvent ensemble.

Les règles du masque sont simples : il ne faut pas se fâcher lorsque celui-ci te provoque, sinon on sent que tu n'as pas un bon coeur.

Pawé est un masque- clown très laid, car pour lui ce n'est pas la beauté qui compte. Il représente tous les défauts et prend à parti le public avec dérision.  Ce masque de la raillerie se roule par terre, tombe, rampe... et lorsqu'il arrive, les rires éclatent.



Goli, masque Wan/Gouro

Cette danse est l'une des plus ancienne de l'ethnie Gouro.
 
Les premiers habitants de Bouaké, Gouros appelés Wan, ont créé cette danse qui imite le dragon.

Les gouros disent que le mouvement du masque est une manifestation de l'esprit qui l'habite provisoirement, de sorte que le porteur ne fait que subir, de façon inconsciente, ses assauts brusques et répétés.

Comme la plupart des masques Gouro, le Goli est porté comme nom de personnes. Si c’est une femme, elle s’appellera Goli Nan, la femme de Goli, et si c’est un homme, ce sera Goli Bi, le fils de Goli. Lorsqu’une personne portant le nom de Goli est malade, le charlatan (guérisseur sans connotation péjorative) annonce que c’est le masque Goli qui fatigue la personne, il faut donc lui dédier un sacrifice afin que la personne retrouve une vie normale.


Goli est dansé au son des calebasses, et un cor l’accompagne. Ce dernier est le soliste qui communique avec le masque. Son arrivée a toujours lieu pour les cérémonies, il ne vient pas uniquement pour le plaisir : sacrifices, naissance d’un bébé Goli Bi ou Goli Nan pour donner la bénédiction de l’arrivée de l’enfant, funérailles de descendants de Goli où le masque accompagne le corps,…



Masque Ban


Le masque Ban est le masque sacré du babouin. Grand amateur de grimaces, il vient au village pour jouer, embrouiller les enfants. Si par malheur quelqu’un oublie son plat de riz, Ban repart en brousse avec. On l’entendra manger, puis il réapparaîtra une fois le plat vidé et lavé pour le ramener. Ban se danse lors des grandes funérailles, d’au moins deux semaines. Personne ne l’invite, alors il arrive à l’improviste. Son rôle est d’amuser les gens, les réjouir.

Ban signifie voyou, malin, bandit en français, sans connotation péjorative.





Masque Kolô

ensemble.khiva.free.fr-4.jpg

Kolô est le premier masque que portent les apprentis danseurs. En effet, ce masque est réservé aux enfants, qui font leur apprentissage de la danse à travers celui-ci. Les musiciens sont également des enfants, qui, armés de casseroles, de bassines, font sortir le rythme et chantent l'histoire du masque.

Masque sacré, Kolô est le premier masque en bois sculpté chez les Gouros, qui a inspiré tous les autres masques de cette ethnie.